Rhizoctonia solani

Les symptômes du rhizoctone sont des brûlures et moisissures des racines. La moisissure peut survivre dans le sol pendant plusieurs années en forme de sclérotes. Cette maladie se manifeste surtout dans des sols légers (sablonneux, sablo limoneux) et à des endroits qui présentent des problèmes de structures comme les bords de parcelles, et les endroits humides. Le rhizoctone peut se développer chez plusieurs plantes hôtes (Agropyron repens, Taraxacum officinale, Echinochloa crus-galli…). D’autres cultures sont également sensibles au rhizoctone : le maïs, les betteraves sucriers et les graminées. Il n’est dès lors pas facile de tenir compte de ces aspects dans les rotations. Le fumier peut également favoriser la dispersion du rhizoctone.

La meilleure solution à cette maladie consiste à choisir des variétés tolérantes. La tolérance n’implique pas une immunité complète, mais une tolérance. En cas d’atteinte par le rhizoctone, le pourcentage de plantes malades ainsi que le degré d’infection sont moins élevés pour une variété tolérante à cette maladie. Dans le Catalogue Belge, il y a deux variétés tolerantes au Rhizoctonia: Rialto et Laurena KWS.
Il n’est pas facile d’évaluer la tolérance variétale face à Rhizoctonia en petites parcelles car ce pathogène est très localisé dans le sol. C’est pourquoi l’ILVO-Plant a développé un test biologique en conditions contrôlées, sous serre, afin de tester la tolérance au rhizoctone. Sur base de ce test biologique, les variétés sont catégorisées en groupe de tolérance; dont les résultats se trouvent dans la dernière colonne du tableau. Les rendements affichés dans ce tableau se basent sur des essais-rendement effectués sans destruction de Rhizoctonia.

©Institut de recherche pour l' agriculture, la pêche et l' alimentation - - Contact
Multiplication ou reproduction des données autorisée à condition de mentionner clairement la source.